Achat immobilier aux enchères : quelles règles faut-il connaître ?

vente-encheres-immobilier-achat

En immobilier, les ventes publiques sont ouvertes à tous. Pour y participer, il est obligatoire de verser une « consignation ». Elle correspond à 10 ou 20% de la mise à prix et est restituée au potentiel acquéreur s’il ne fait pas d’offre. Avant de participer à un achat immobilier aux enchères, voici les règles qu’il faut connaître.

La vente à la bougie ou la vente au chronomètre ?

Les ventes aux enchères immobilières font l’objet d’une certaine publicité et les visites sont organisées avant la vente pour appréhender les caractéristiques de l’immeuble.

Le « cahier des charges » répertorie les informations sur le bien, les modalités de la vente ainsi que d’autres informations clés pour le potentiel acquéreur, à la manière d’une annonce immobilière (cliquez ici) plus complète :

  • L’origine du bien
  • Les diagnostics
  • La situation locative
  • L’urbanisme
  • Le prix minimum
  • Les frais à la charge de l’acquéreur
  • Le délai de règlement etc.

Il existe deux types de ventes aux enchères immobilières :

  • La vente à la bougie
    Le notaire en charge de la vente allume une bougie qui se consume tout au long de la séance. En cas de silence, il allume 2 mèches de 30 secondes chacune. Si pendant cette durée, personne ne porte de nouvelle enchère, la dernière enchère énoncée l’emporte. Si aucune enchère n’a été énoncée, l’adjudication intervient lorsque les 2 flammes sont épuisées.
  • La vente au chronomètre
    L’adjudication intervient si aucune nouvelle enchère ne survient pendant une durée déterminée, de 90 secondes par exemple.

Des coûts à anticiper

Il est important de noter que la vente aux enchères immobilière est plus onéreuse qu’un mode de vente classique. Les frais d’organisation de la vente, notamment, sont élevés.

L’acquéreur d’un bien en vente aux enchères doit s’acquitter du prix immédiatement ou dans le délai fixé par le cahier des charges, sous peine de frais de retard. Egalement, le financement doit avoir été validé avant la vente sans condition suspensive vis-à-vis du prêt. Le droit de rétractation n’existe pas et sans pouvoir payer, la vente serait annulée et le bien remis en vente.

Un conseil : ne pas s’emballer ! En effet, les biens sont souvent mis à prix en-dessous du prix de l’immobilier et de la valeur de marché du bien. En revanche, ces biens sont souvent adjugés à prix bien supérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *